ACTUALITÉS

Commerce
"Le piétonnier ne peut pas devenir la nouvelle rue Neuve. Il faut établir des complémentarités"
Le mercredi 30 octobre 2019

Fabian Maingain est optimiste pour le piétonnier et répond aux interrogations du Soir sur le sujet dans l’édition de ce mercredi 30 octobre. En effet, le piétonnier sera inauguré à l’été 2020 et représente un véritable défi pour toute la Ville. Mais ce n’est pas tout, l’échevin du Commerce n’oublie pas le développement d’autres quartiers comme les Marolles, le Sablon ou le quartier européen.

Assurer la visibilité du piétonnier

L’enjeu majeur est d’assurer la viabilité du nouvel axe, sans nuire aux artères voisines. « Le piétonnier ne peut pas devenir la nouvelle rue Neuve. Il faut établir des complémentarités. Nous sommes en concertation avec les commerçants, les différents acteurs institutionnels pour établir une stratégie »
Fabian Maingain se veut optimiste : « Les gens reviennent vers le piétonnier et les investisseurs privés sont là. L’enjeu, c’est de faire redécouvrir le centre-ville à ceux qui ne viennent plus. C’est aussi de combiner le commerce de destination, la fonction touristique, la vie économique et l’habitabilité du quartier. »

Ne pas oublier les autres quartiers

Le centre-ville reste le lieu le plus prisé pour le shopping puisqu’il concentre 10 % des dépenses. La mission de l’échevin du Commerce est donc, aussi, de ne pas oublier les autres quartiers. Ainsi, l’une des priorités des prochains mois concerne le quartier européen et son développement commercial. « L’une des demandes des riverains porte sur la création d’un marché, soit place Jean Rey, soit au pied de la Commission, soit square Ambiorix. Nous allons étudier la demande. » Dans les Marolles, le défi sera de gérer les emplacements vides puisqu’il s’agit du quartier qui affiche le plus haut taux de vide locatif. « Sans doute parce que les cellules commerciales sont petites. Il faut développer une nouvelle dynamique spécifique de quartier. Cela peut sans doute passer par la valorisation de son identité : la seconde main, la récup, l’économie circulaire… » Parmi les signaux positifs, l’attractivité, pour les Marolles comme pour le Sablon, de la grande roue. « Elle amène du passage. Nous n’avons d’ailleurs volontairement pas prévu d’horeca au pied, ce qui incite les visiteurs à consommer dans les quartiers environnants. »

Gestion du chantier du métro

Autre gros défi, pour les prochains mois : la gestion du chantier du métro, boulevard Lemonnier et avenue de Stalingrad. Les commerçants sont contre le projet et très inquiets de l’impact des travaux sur leur quartier. « Nous avons conclu un pacte, entre la Ville, la Région et tous les acteurs. Maintenant, il faut la mettre en œuvre. Et tenir ses engagements. Clairement, la Stib doit veiller à respecter les délais et à bien informer. » Un dossier que Fabian Maingain veut exemplaire. « Nous essayons, pour tous les chantiers, d’être dans l’anticipation. Dès que des travaux sont annoncés, on rencontre les commerçants. » Quant à la Foire du Midi, un temps « menacée de déménagement » par les travaux du métro, elle pourrait finalement rester. « Nous sommes en train de mettre au point une solution technique, qui soit compatible avec le chantier. »

Dans la même rubrique
Appel à candidatures pour l’action “Forain en Ville” afin de les soutenir suite à l’annulation de la Foire du Midi
Ville de Bruxelles Appel à candidatures pour l’action “Forain en Ville” afin de les soutenir suite à l’annulation de la Foire du Midi
Ville de Bruxelles : 14 millions d’euros pour soutenir les commerces
affaires économiques Ville de Bruxelles : 14 millions d'euros pour soutenir les commerces
Nicole Bomele : « Regardons notre Histoire droit dans les yeux »
décolonisation Nicole Bomele : "Regardons notre Histoire droit dans les yeux"
Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Sécurité routière Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
Région bruxelloise Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
60 millions pour soutenir les communes bruxelloises face au boom démographique
Région bruxelloise 60 millions pour soutenir les communes face au boom démographique